La vie, c’est 10% ce qui t’arrive et 90% comment tu réagis. Bien que 2020 ai été une année mouvementée et pleine d’incertitude, les athlètes du programme Derrière les athlètes d’ici on su s’adapter et en ressortir plus fort. Voici quelques nouvelles de certains des athlètes du programme. N’hésitez pas à leur envoyer un petit mot d’encouragement pour leur donner une petit « boost » de motivation d’ici les prochaines compétitions.

Pour Miori Hénault, paranageuse S14, l’année 2020 commençait en force. Quelques jours après un camp d’entraînement en Espagne pour se préparer aux Essais Olympiques,  la pandémie éclate et elle ne peut plus nager pendant plusieurs mois. Elle doit donc se contenter de musculation ou yoga à la maison. Une fois les piscines rouvertes, les consignes de cessent de changer : nager dans sa piscine attachée à un élastique, bains libres extérieurs avec son entraîneur, Sport-Études, puis de nouveau seule en bain libre. Heureusement, son entraîneur, Michel Tremblay de CASE est ingénieux et la coach depuis les estrades via des écouteurs que Miori mets lorsqu’elle nage. Malgré toutes ces adaptations, Miori a su persévérer et obtenir de bons résultats lors d’une compétition virtuelle de Natation Canada.
Nous lui souhaitons qu’en 2021, son objectif de participer aux essais olympiques se réalise et qu’elle puisse nous monter encore une fois, sa détermination et son grand sourire. Elle aimerait également participer à la mythique Traversée du Lac Saint-Jean. Elle serait la première paraathlète S14 à se mesurer à une telle épreuve. Impressionnant!

René Cournoyer, gymnaste, s’était qualifié pour les olympiques de Tokyo l’année passée. Même avec le report d’1 an des jeux, sa place était assurée. Son objectif était donc de trouver une façon d’être le plus prêt possible pour 2021. Il a d’abord dû s’inventer un gym dans son garage pour poursuivre les entraînements. Il a ensuite eu la change de pouvoir joindre un groupe de sport-études et bénéficier d’installations sportives adéquates. Il n’aura pas pu prendre part à des vraies compétitions, mais l’équipe nationale a organisé deux tests virtuels auxquels il a pris part pour garder les routines de compétition frais en mémoire. René a donc les yeux toujours rivés vers 2021 et espère pouvoir prendre part à des camps d’entraînements et des compétitions préparatoires d’ici là. Souhaitons que ce soit possible.

Derrière les athlètes d’ici supporte également 2 sœurs nageuses : Noémie et Roxanne Morel. Comme pour tous les nageurs, l’accès aux piscines a été un grand défi cette année. Pour Roxanne, qui fait partie du sport-études à Félix Leclerc, elle a la chance de pouvoir reprendre ses entraînements depuis le début de l’année scolaire. Sans compétitions bien entendu, mais dès que ce sera possible, elle sera prête à reprendre là où elle avait laissé en 2020. Pour Noémie, la pandémie coïncide avec le début du Cégep en soins infirmiers. Gérer cette nouvelle étape de vie, à distance en plus, avec un accès difficile aux piscines, n’a pas été facile. Elle a donc décidé de prioriser ses études et de réévaluer après la pandémie comme elle pourrait combiner le tout avec la natation.

Quant à la triathlète, Séverine Bouchez, au moment où la pandémie a été déclarée, elle se trouvait en Floride pour des compétitions. Elle a pu prendre part à la première, mais la veille de la 2e, elle apprend que tout est annulé et que le gouvernement du Canada demande à tous les canadiens de rentrer le plus rapidement possible. Le lendemain elle se trouve un billet d’avion et rentre chez elle. L’année 2020 aura permis de consolider les bases (technique, mobilité, habiletés,…) et faire plus de volume à basse intensité. Au mois d’août, l’Europe a été déconfiné et des compétitions internationales ont pu reprendre. Bien qu’elle savait que ce n’était pas réaliste d’y aller, ce fut dur pour le moral de Séverine de voir ses compatriotes reprendre les compétitions. Ce ne sera que partie remise pour 2021 où le triathlète belge est confiante de revenir encore plus rapide qu’elle ne l’était avant la pandémie.

Bravo à tous les athlètes qui ont su faire preuve de résilience et d’adaptation et qui ressortiront plus fort encore de cette épreuve.

Merci à nos partenaires
Quadromed Felt Entreprises Réjean Goyette

Le talent avant tout

En savoir plus

Totem Management est un organisme à but non lucratif qui a pour mission d'oeuvrer au développement des athlètes. En partenariat avec le secteur privé, Totem fait la promotion du talent.